29 novembre 2016

Mehdi Houas, président de Talan, a annoncé le lancement du TalanCoin, monnaie virtuelle, lors du Forum parlementaire de la blockchain. Comment est-elle utilisée ? Dans quel but ? Explications de nos experts.

A la base du projet, une ambition : utiliser la blockchain pour transformer notre façon de travailler en entreprise en créant une monnaie virtuelle. Les TalanCoins seront accessibles via une application où les collaborateurs du groupe pourront les stocker et les échanger contre des formations ou encore du temps disponible pour des projets en interne.

Le déploiement de cette monnaie virtuelle est d’abord exclusivement réservé à l’interne mais avec pour objectif de l’ouvrir aux clients du groupe, à terme.

La création du TalanCoin est avant tout un projet collaboratif, qui permet à différentes équipes (sécurité, Big data, transformation digitale, ressources humaines…) de travailler ensemble et de partager leurs compétences. Ce projet est une nouvelle étape du positionnement de Talan sur la blockchain, qui ambitionne de devenir un acteur majeur du secteur, dans l’accompagnement et la mise en place opérationnelle de cette technologie.

Revivez l’annonce du TalanCoin et le Forum parlementaire de la Blockchain en cliquant ici

La blockchain est un outil novateur, voire révolutionnaire, qui, selon de nombreux spécialistes, s’apprête à bouleverser nos vies comme l’ont fait avant elle l’imprimerie et Internet. C’est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle. Par extension, elle constitue une base de données publique, distribuée – c’est-à-dire partagée par ses différents utilisateurs, sans intermédiaire – fiable et inviolable.

La blockchain pourrait à terme remplacer tous les « tiers de confiance » centralisés (banques, notaires, cadastres, etc.) par un système d’information décentralisé qui, couplé à sa sécurité et sa transparence, promet des applications très larges. Cependant, les usages de la Blockchain doivent encore être définis et laissent entrevoir des applications jusque là insoupçonnées.