Interview de Mikael Thepaut

Quelle est la vision internationale de Talan ?

L’international est ancré dans l’ADN de Talan depuis sa création. C’est un asset qui nous permet aujourd’hui de mieux comprendre la culture d’un pays et d’anticiper l’évolution des marchés où évolue le groupe Talan. Nous voyons le développement de ces pays comme une chance formidable d’accompagner nos clients et je pense plus particulièrement au secteur de la finance  avec la Société Générale et la BNP, des clients prestigieux présents à Londres, Genève, New York, Montréal, Luxembourg et Singapour et Hong Kong.

C’est aussi, une excellente façon de proposer à nos collaborateurs des carrières attractives, l’évolution de nos managers et de nos consultants passera par l’international.

Quelle est la stratégie de Talan à l’international ?

Les deux marchés les plus importants sont l’Europe et l’Amérique du Nord mais nous ne perdons pas de vue que les marchés émergents vont devenir des places fortes pour le secteur de l’IT dans les années à venir, comme l’Asie et l’Afrique. Ces continents mettent plus facilement en place les nouvelles technologies car ils n’ont pas nos freins au changement (législation, infrastructures à renouveler etc.). Notre présence historique en Tunisie, depuis peu au Maroc ainsi que nos bureaux à Singapour et Hong Kong sont donc indispensables pour garder une avance technologique qui demain, nous permettra d’avoir un avantage compétitif pour accompagner nos clients dans leurs projets stratégiques.

Nous souhaitons que le chiffre d’affaires à l’international représente 30% du chiffre d’affaires global de Talan d’ici 3 ans et plus de 40% à terme. Pour y parvenir, nous avons pris plusieurs décisions importantes, comme la création d’une direction internationale et son implantation à Londres courant 2018. Le Comex m’a confié la tête de cette direction et je pars m’installer dans la capitale anglaise l’été prochain.

L’équipe sera composée des 300 collaborateurs présents au sein des bureaux de Londres, Montréal, New York, Genève, Luxembourg, Madrid et Singapour.

Malgré le Brexit, Londres reste une place boursière forte et attractive pour les entreprises comme Talan qui souhaitent renforcer leur présence à l’international dans secteur de la finance. Notre ambition est d’être un leader du marché sur toutes nos offres en finance de marché.

Comment parvenir à de tels objectifs ?

L’ouverture de bureaux à l’étranger s’est faite principalement en accompagnant nos clients sur les projets au sein de leurs filiales internationales.

Aujourd’hui nous souhaitons développer nos filiales actuelles et ainsi consolider nos positions dans les pays dans lesquels nous sommes déjà présents avant d’ouvrir d’autres nouveaux bureaux.

Notre croissance se fera d’abord de manière organique, en encourageant l’intrapreneuriat au sein du groupe et la mobilité.

Nous allons également recourir à des opérations de croissance externe par l’acquisition d’entreprises locales. Le recrutement de managers locaux nous permettra de mieux connaître et comprendre la culture du pays, ce qui nous semble essentiel pour accroître notre activité.

Quel est l’impact sur les offres du groupe ?

Nos clients sont internationaux, nous devons donc penser notre politique commerciale de manière globale. Nos équipes doivent pouvoir travailler de façon transverse sur les projets. Par exemple, nous avons gagné un projet pour AXA en août dernier, sur lequel est mobilisée une équipe composée de consultants parisiens, londoniens et tunisiens. Nous avons pu le remporter grâce à notre capacité à mobiliser cette “intelligence collective” et le client est ravi que Talan puisse l’accompagner sur un projet d’envergure internationale.

Nous souhaitons donc créer une offre de services internationale dédiée à nos clients, quelles que soient leurs implantations. Cela nous permettra de favoriser les échanges entre les bureaux du groupe et d’internationaliser nos offres (conseil Métier, Expertise/solutions IA, Bigdata, BI, CRM, ERP, blockchain …)

Enfin, nous avons pour objectif de développer nos partenariats, avec des acteurs comme Fenergo, IBM, Salesforce, à l’international, ainsi qu’enrichir notre réseau Better Together, pour accompagner au mieux nos clients. À travers ces partenariats, nous allons continuer à investir dans la certification de nos consultants, gage de notre expertise.

Quelles vont être les priorités en 2018 ?

L’implantation de la direction internationale à Londres, le développement de nos bureaux actuels le lancement des deux récemment ouverts : Madrid et Singapour et la mise en oeuvre du process de mobilité interne à l’international.

Avec quelle équipe ?

Avec une superbe équipe internationale composée de Thibault DUCRAY (SUISSE), Cécile MONICO (UK et SPAIN), Fayna LIONET (USA) , Christophe CASTELLANI (CANADA) et Erwan Tichkiewitch (Luxembourg)

Vous aurez d’ailleurs l’occasion de les connaitre à travers des tribunes dédiées « International » dans les newsletter Mensuelles.

Quelles vont être les opportunités de mobilité ?

Le développement du groupe à l’international va nous permettre de donner des perspectives de carrière à l’international, la création de la direction internationale, et de faciliter la mise en place de processus de mobilité interne dans les mois qui viennent en lien avec les managers et la direction des ressources humaines.